frendeitjaptrues

22-23 avril - Jerome ou plutôt « la présipauté de Jerome »… Belle étape ! (Vidéo)

Il est des rencontres inopinées qui conduisent à des heureuses découvertes.

Nos pilotes avaient rencontré Charles (expatrié français depuis 30 ans aux USA) et Gary à l’aéroport de Portland pour leur départ du Canada. Charlie (comme on l’appelle ici) nous avait bien apétugué sur Jerome. Rendez-Vous avait été pris en septembre 2017 une bière à la main. L’étape fut donc naturellement portée au programme d’avril 2018….

Et c’est ainsi que nous débarquâmes un dimanche dans un village aussi perché que touristique avec moultes boutiques à bobos et un n° de téléphone pour seule piste. Embouteillage, parking sur les emplacements « Fire No Parking » (we are french, no ?). Cherchez Charlie… Le premier américain qui passe se voit réquisitionné pour appeler Charlie au téléphone pour nous.

En même pas une demi-heure, juste le temps de croiser le camping-car de Mad max qui roule et fonctionne bien entendu, de nous parquer à l’ombre et les voilà déjà en train de jouer à la pétanque au milieu des tombes de l’ancien cimetière. Voilà c’est ça Jerome. Les adhérents (et invités) se rencontrent tous les dimanches aprem les boules à la main. Pas de vrai tireur, tu places une belle boule et t’as fait le job. La première partie vite réglée, la seconde a été pour eux… Restons polis (we are french).

Tu poses les boules et le vainqueur paye le Ricard à sa maison dans un vrai verre Ricard sur son terrain de pétanque privé. Si t’es pas là, tu peux pas le croire :)

La pétanque est arrivée à Jerome par un certain Vincent, français expatrié, décédé mais que tous semblent porter bien haut dans leur coeur. Pour preuve, ses cendres ont été dispersées à l’entrée du terrain de pétanque.

Belle Jessie, une copine de Charlie (il en a plein le bougre) fournit l’hébergement sur des lits de camp dans une « oeuvre d’artiste » voisine de sa maison. Le terme maison ne convient pas vraiment pour ce genre de structure. Portes trapézoïdales, fenêtres du même acabit, ferraille brute un peu partout, pas de WC (tu vas dehors la nuit ou chez les voisins le jour), marches de 50 cm pour changer de pièce, hauteur de porte 1,40m… Le crâne du moins chevelu des deux pilotes y a laissé un morceau bien évidemment…

C’est comme ça Jerome. Ancien village de mineurs (cuivre) devenu fantôme à la fermeture de la mine. Ré-investi par les hippies (braves gens :) puis petit à petit bouffé par les bobos friqués. Mais il reste dans l’air un « à part », ici, t’es pas vraiment aux USA, t’es juste à Jerome…

Lundi, mon passager du monde de pilote s’occupe « enfin » de moi. Pose des protections des serrures du coffre AR pour éviter que la poussière des pistes ne (re) bloque les serrures, installation du transfo 12v/5v USB 7 ports, constatation de la mort prochaine des plaquettes avant - galère -, fixation définitive du distributeur de savon contre le jerrycan d’eau (le concept de cet ustensile très simple plait bien aux ricains :) z’ont pas souvent les mains dans le cambouis ces gens…

Lundi soir, Pizza Party chez Gary, ancien Viet Vet, un type formidable avec un coeur gros comme ça. S’est construit une géniale maison octogonale à l’époque où Jerome n’était rien. Il domine toute la vallée. Que d’espace. Et puis son génial four à pizza à granulés… Faut quand même dire que le Charlie l’était pâtissier et que la pâte, il connait. Du coup ce fût pizzas et flamkuches « façon Charlie » avec ingrédients locaux. Juste excellent et merveilleusement décalé.

Et puis, y’a le Ron, barbe blanche et queue de cheval, pétanqueur harleyiste, qui fait goûter son vin (il en fait 30 bouteilles par an avec des raisins locaux). Un rouge sec de cépage d’origine italienne, largement au niveau d’un vin de pays. Puis ils se sont finis avec l’excellent produit de l’alambic de Ron (Pomme - Framboise). La prohibition ? inconnue à Jerome…

Jerome, c’est fini… Et nous y sommes passés.

Alors un grand merci à Charlie, à Gary, à Jessie, à Ron, à tous les pétanqueurs. Votre réception était le coeur sur la main et ça c’est toujours la plus belle récompense pour le voyageur.

Moultipass - Qui voyagera verra !