frendeitjaptrues

30 avril - 1er mai « La Paz - Tijuana - La Paz » ou la déroute des voyageurs…

30 avril - 1er mai « La Paz - Tijuana - La Paz » ou la déroute des voyageurs…

Aussitôt arrivés à la Paz, route vers le port de Pichilingue où il est impossible d’embarquer pour le Mexique continental sans un document de « Migracion » qui ne se délivre qu’aux frontières terrestres du pays :( Erreur du débutant passé en mode éclair par la petite douane à Sonoyta….).

Qu’à cela ne tienne, pendant que ça défile en France, remontée à Tijuana à plus de 1500 km tout au nord de la Baja. Voyage éclair en avion en une journée (6h - 23h40). Et comme il faut aussi savoir tirer profit de l’adversité, madame Hertz nous loue pour la journée une volkswagen à 29 $US et c’est parti pour une virée au hasard en tout sens dans Tijuana. Histoire de passer le temps et de se plonger dans l’univers de la frontière avec les USA. San Francisco, c’est pentu mais Tijuana fait encore mieux. Impressionnantes les montées et les descentes des quartiers pauvres qui entourent la ville. Ambiance lourde avec des forces armées (Police municipale, police d’état, police fédérale, police en moto) qui quadrillent la ville en tout sens et nous regardent d’un oeil bizarre quand on tourne plusieurs fois dans la même rue. Grève des bus en ce 1er mai à Tijuana. Ils bloquent un passage stratégique avec grand renfort de klaxon et d’accélérateur. Comme on ne sait pas où on va et qu’on n’est pas pressés, on va n’importe où et surtout là où il y a le moins de voitures… On finit par trouver le moyen d’arriver au bout du mur quand il se jette dans le Pacifique. Des hélicoptères tournent côté américain et une troupe de refoulés marchent sur la plage attendus par la police mexicaine de l’autre côté… No suerte, case départ…

Sur un autre registre, catastrophe en bout du mur frontière avec le Nord, le beau pantalon "de luxe" du passager du monde cède définitivement (au secours Luce…). Moment intense de solitude à l’aéroport au passage du portique qui couine comme d’hab et séance fouille les bras en croix. « Tieno un problemo de pantalon » Pas glop, mais ça fait rire tout le monde et puis c’est tant mieux.

P1030719
P1030724
P1030727
P1030733
P1030735
P1030736
P1030737
P1030738

Moultipass - Qui voyagera verra !