frendeitjaptrues

7 au 14 juin : Colombie humaine et attachante (Vidéo)

Changement de continent… Colombie, la porte de l’Amérique du sud. Nonobstant l’obsession paperassière des douanes colombiennes, accueil très chaleureux et sincère. Le colombien arrive avec le sourire, pose des questions, discute, interroge et à la fin demande toujours ce que nous français pensons de la Colombie...

Après des années de guérilla, d'enlèvements et d'assassinats d'opposants politiques, le pays semble s’apaiser, retrouver une certaine unité. Les policiers et autres militaires en bord de route sont jeunes, moins de 30 ans. Police féminisée. On les sent avec l’envie de tourner une page et de renvoyer une génération aux oubliettes et c’est tant mieux.
Ici tu fais une photo et tu discutes politique avec les policiers. Ils sont contents de se prendre en photo sur ma selle avec leur téléphone. Le dernier rencontré annonce clairement les vrais problèmes de la Colombie : Borgese, Oligarca… Bourgeoisie, oligarchie… Le partage, l’éternel et mondial problème de sapiens…

Dernière bourgade avant le désert de la Tatacoa : Villa Vieja… Manifestation de soutien à l’ex-guerillero « Petro » en lice pour le second tour face à la droite libérale le 17 juin… Beaucoup de jeunes en moto. Je m’incruste par une voie détournée et apporte mon klaxon en soutien le temps d’un pâté de maisons.

Camper quelques jours et faire « enfin » tout ce qui n’a pas été fait jusqu’ici… Réparation à l’africaine de la fuite au réservoir secondaire (Coton fin et pâte silicone…), réglage du jeu aux soupapes sur le sable.
Un temps déraisonnable, une Ducati dans le sable… :)
Le camping en fin de semaine, c’est l’occasion de rencontrer « la gente colombiana ». Beaucoup de motards avec leur copine, ambiance des années 70 ardéchoises. Un grand merci à la famille Salazar-Ramirez venue pique-niquer le dimanche. La pastèque était excellente et les rapports humains… simples et directs, à la colombienne  :)

Changement de décor, piste à travers la montagne, les indios et l’âpreté de leur milieu. Tranqué de protestation, glissements de terrain, piste très grasse défoncée au milieu des engins de chantier, adrénaline boueuse et glissante. Mon premier test… réussi :) Hospedaje à Coconuco (Kokonuko en indio), petroisième tronçon mais c’est tit village indio de montagne loin de la ville. Le QG de campagne local de Petro est mitoyen. Leurs attentes : protéger leur nature et leur eau… Tiens ce soir, les pilotes ont ressorti leurs bonnets :) et les policiers (sympas avec nous) sont retranchés dans un camp à l’entrée du village avec barbelés et bunker. Bizarre, ici, l’état se protège…

Petit matin, 6h30, les écoliers partent à l’école… regards volés… Montée en altitude, pluie, piste pourrie, voyage voyage… La piste, la météo, l’inextricable forêt primaire tropicale… Images de routes impossibles… Belle journée pour un side-car de grand voyage :)

Descente vers l’amazonie colombienne et passage du cercle mythique de l’équateur… sous la pluie… de l’hémisphère sud. Et toute cette eau qui finit dans l’Amazone à des milliers de kilomètres en Atlantique tout à l’est du continent juste sous la Guyane française. L’objectif du troisième tronçon de la balade aux amériques…

Merci colombiennes et colombiens, vous avez définitivement gravé vos rapports aussi directs que sincères dans nos mémoires laughing

Moultipass - Qui voyagera verra !

P1040689
P1040690
P1040697
P1040699
P1040718
P1040720
P1040723
P1040725
P1040729
P1040738
P1040739
P1040742
P1040745
P1040749
P1040751
P1040754
P1040758
P1040762
P1040770
P1040771
P1040772
P1040774
P1040777
P1040780
P1040782
P1040785
P1040786
P1040794
P1040799
P1040806
P1040807
P1040810
P1040814
P1040817
P1040823
P1040824
P1040825
P1040828
P1040829
P1040831
P1040843
P1040844
P1040847
P1040848